fragil4451
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

11/11/2008

C'est le bon jour pour ...

11 Novembre 1918 à 11 heures du matin ,
L'Armistice , ouf !!!


medium_carte7.jpg

Continuons le récit du grand-père Gaston le PIOUPIOU ...

Bataille de la Marne , Bouillancy .
Départ le 6 septembre 1914 marchons en avant et arrivons en position devant les villages de Bouillancy et Villers-st-Genest , où nous entrons en contact avec l'ennemi . Cette bataille va durer jusqu'au 10 septembre inclus , bataille acharnée qui commence à ? heures du matin pour finir à 11 heures du soir sans désemparer pendant ces cinq jours , mon rôle , comme toujours , consiste à ravitailler la batterie avec mon caisson . La batterrie se trouve dans une position assez précaire et ma foi très bombardée par les Allemands , heureusement que les servants peuvent s'abriter ( entre deux marmitages ) dans les meules de foins-pailles qui se trouvent dans les champs .

medium_batmarn1_5sept.jpg

Les balles de mitrailleuses sifflent à un tel point que nous sommes obligés à certains moment de descendre des chevaux et les tenir par la bride pour aller ravitailler les pièces . Les routes sont pavées en pierre et lorsqu'un obus tombe au milieu cela fait des dégats et fauche les hommes aucun éclat n'est perdu , c'est comme cela que nous avons eu le colonel Tomasini tué par éclats qui lui ont coupé les deux jambes . A la 5 ième batterie nous avons eu un mort et huit blessés pendant cette période .
medium_carte9.2.jpg

Nous avions au régiment un petit enfant d'une dizaine d'années , que nous avions habillé en enfant de troupe avec les écussons du 47 ième d'artillerie , pendant toute la bataille , il caracollait sur un petit âne sur ces routes pavées avec insoucience . Un ordre est venu nous interdisant cela et d'avoir à renvoyer ces enfants dans leur foyer . Le soir après avoir fait cuire un bifteack , car à ce moment , il n'y avait pas de cuisine roulante , l'on s'endormait sur le terrain pour recommencer le lendemain pendant les cinq jours de bataille . Ce n'est que le sixième jour au matin que les allemands battirent en retraite , poursuivis par nous .
Fin de la bataille de la Marne ,
La suite avec la bataille de l'Aisne .

medium_journal-le-mouchoir1.jpg

Un trait d'union entre les soldats ...

" Le Mouchoir " fut un journal parmi des dizaines d'autres qui ont fleuri dans les tranchées . Son rédacteur en chef était un prêtre de Nancy .


" Le Mouchoir " . Le premier numéro est daté de novembre 1915 . Son directeur est l'Abbé Georges Ledain du diocèse de Nancy , affecté au groupement des brancardiers divisionnaires . Son principal collaborateur est Joseph Lesage , sapeur téléphoniste . Artiste peintre dans le civil , il va devenir l'illustrateur très inspiré de cette feuille . Au début le Mouchoir d'abord hebdomadaire , ne comporte que deux pages . Au bout de quelques mois , il ne paraît plus que tous les quinzes jours . Ensuite , au gré des déplacements de la division , sa parution devient plus épisodique . En 1916 , on compte 39 numéros , douze en 1917 et 9 en 1918 .Un numéro 62 sort le 19 mars 1919 , à l'occasion de la st Joseph . En hommage à Joseph Lesage décédé de la grippe Espagnole le 19 octobre 1918 .
Article du journal l'Est républicain du mois de novembre 2008 .

A d'autres récits du PIOUPIOU si vous le voulez bien ...
Françoise !

01/11/2008

Le pioupiou dans la Somme !

Récits du grand-père Gaston le pioupiou ...
En souvenirs de nos morts !

medium_pioupiou7.jpg

La batterie allemande de 772 n'avait pas eu le temps de mettre en batterie les fantassins du 42 ième de ligne l'on chargée à la baïonnette sur la route même en tuant les servants et le lieutenant commandant , ce dernier qui vivait encore n'a pas voulu accepter un verre d'eau que lui tendait un de nos hommes , il est mort sur place comme ses hommes .
medium_carte3.3.jpg

27-28 août 1914 dans la Somme ...
Cantonnons à Corvie , une épicière dans la crainte de l'arrivée des boches , donne sa marchandise aux soldats , ma foi j'en profite mais le lendemain matin je m'aperçois que l'on m'a volé ma musette avec tout son contenu .

medium_carte5.jpg
Bataille de Proyart ...
29 août 1914 . Nous prenons position de batterie dans les champs , le pays est plat , bataille très dure où nous avons eu beaucoup de casse ( morts et blessés ) . Nous avons tenu une journée pour tâcher d'arrêter les soldats ( Von Kulck ) , ma tâche consistait à ravitailler la batterie en obus , ce que j'ai fais au mieux .Pour la première fois j'ai vu éclater les obus allemands de 120 et 150 fusant que nous appelions le gros noir ( fusant ) . Ils éclataient à hauteur des arbres bordant la route , avec une précision remarquable . J'ai su plus tard que nos fantassins en particulier le 60 ième de ligne y avait laissé pas mal de morts .

medium_pioupiou9.jpg

Retraite sur Paris le 30 août 1914 ...
Réveil à 5 heures du matin , passons à Montdidier où nous cantonnons . Départ le 2 septembre à 9 heures du matin direction Paris nous cantonnons à Marly-la-ville où j'ai le bonheur de voir mon frère du 60 ième de ligne qui arrive du dépôt en renfort . Nous restons à ce cantonnement jusqu'au 9 septembre où nous allons cantonner à Plailly ( oise ) . Nous profitons de ce repos pour nous retapper un peu , nous ainsi que nos chevaux qui étaient restés sellés depuis le départ de Proyart ( Somme ).

medium_langage1.jpg

La suite avec la bataille de la Marne ,
Si vous le voulez bien .
IRIS.pps
Avec Edith Piaf , je vous offre
ces fleurs ,
cliquer sur ce lien ...
Françoise !

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique