fragil4451
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

14/12/2008

Bataille de l'Aisne 2 !

Récits du grand-père Gaston ,
la suite de la bataille de l'Aisne ...

medium_pioupiou13.jpg

Le 2 octobre 1914 !
J'apprend que mon frère a été blessé à Cantrêche (Aisne) par shrapnecs (?) à la fesse et qu'il a été évacué à l'hôpital de Laval dans la Mayenne . Tant mieux pour lui pendant ce temps il ne risquera pas d'être tué car il faut bien le dire dans cette guerre les fantassins sont aux premières loges pour se faire tuer et nous autres artilleurs nous sommes des embusqués si j'ose dire , à côté d'eux , c'est mon opinion personnellle .

medium_pioupiou7.2.jpg

Depuis le poste d'observation de Resson , je porte les plis tantôt à la batterie , tantôt aux échelons , enfin un peu partout et le soir nous venons coucher à Berny-Rivière dans une villa qui appartient je crois à Mme Yvonne de Bray la comédienne .
Le 29 octobre 1914 !
J'ai vu à Coeuvres , arriver pour la première fois le 54 ième régiment territoriale , j'en ai reconnu de ces vieux bisontins , ils vont être en renfort pour le ravitaillement etc et quelquefois tenir même les tranchées -etc ...
Nous avons tenu plusieurs positions de batteries notament la cote 138 sur le plateau duquel nos canons sont enterrés dans les abris que nous avons construit sur place ainsi que des cagnats pour abriter les hommes .

medium_besancon-_gare-rivolte-citadelle--_25056003.jpg


Une anecdote à signaler :
Qui est la suivante . Pour fêter leur récente nomination au de sous officiers ceux-ci avaient invité les copains à boire le coup dans une maison isolée , un obus arrive qui éclate sous la table en tuant nos deux nouveaux promus , les autres sont sortis de là sans trop savoir comment , c'est bien là une fatalité vraiment surnaturelle .
J'ai moi-même été très près de la mort une fois et voici comment .
J'avais rendez-vous avec le cuisinier des officiers pour 14 heures précise pour faire la lessive . Je pris un café à 13 heures dans un café à proximité , quand un obus arrive qui tue le cuisinier qui se trouvait à la fontaine dans la cour , si je n'avais pas eu l'idée d'aller prendre ce café , j'aurais certainement été tué moi aussi à côté de mon camarade . Voilà ce qu'on appelle avoir de la chance . Mon manteau qui était pendu à proximité était criblé d'éclats d'obus .


Si vous voulez lire l'histoire du pioupiou ,
Vous pouvez le retrouver dans la catégorie
Gaston le pioupiou .

Suite au prochain numéro .

Françoise !

28/11/2008

Le pioupiou dans l'Aisne !

Bataille de l'Aisne du 10 au 20 septembre 1914 ...

medium_taxis-marne2.jpg

Gare de Vie-sur-Aisne , lieu -dit " La vache noire" ...

Nous partons en avant à la poursuite de l'ennemi traversons la forêt de Retz et reprenons le contact avec les boches devant la ferme de Pouy , Ressons-le-long etc ...Nous arrivons le soir à la gare de Vie-sur Aisne trempés jusqu'aux os car il a plu à torrent . Nous , nous abritons dans le hall des marchandises ainsi que nos chevaux qui sont complètement fourbus . Dans leur retraite les boches n'ont pas eu le temps de faire sauter le pont de Vie-sur-Aisne , ce qui nous a permis d'aller mettre en batterie devant St Christophe , St Victor etc ... Nous avons fais environ 400 prisonniers , ils ont l'air bien fatigué comme nous du reste .
medium_Taxi-marne.JPG


Je devais suivre le lieutenant Marchal qui commandait la batterie à ce moment . J'étais toujours près de lui à sa disposition , il était très gentil pour moi comme du reste à peu près tous les officiers de ma batterie et du deuxième groupe .
medium_pioupiou4.jpg
Secteur de l'Aisne du 20 septembre au 13 décembre 1914 ...





Après le sérieux engagement devant la ferme de Moufflaye et la ferme Saint Victor où les allemands tiennent ferme leur positions , le front se stabilise à cet endroit . Nous n'avions du reste plus de munitions et l'on tirait avec des obus à blanc , c'est a dire des obus sans explosifs .

Le 21 septembre 1914 ...

Après avoir ravitaillé la batterie en obus , je me suis égaré avec mon caisson jusqu'à Coeuvres où nous avons passé la nuit dans une grange écurie , le lendemain nous avons rejoins l'échelon qui était cantonné à St Bandry . Le lieutenant Mégnin chef de l'échelon me nomme "cycliste agent de liaison" , je passe donc la consigne de mes deux chevaux à un autre canonier , j'avoue sincèrement que j'étais très content car le métier de charretier ne me convenait guère . A partir de ce jour mon service va complètement changer car je serai en relation directe avec mes officiers à la batterie et au poste d'observation .


Suite au prochain numéro , si vous le voulez bien ,
Des récits du grand-père ...

Françoise !

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique